• La fée, l'ange et le nuage

    Les forêts des songes, parfois y passent des anges. Ceux qui n'ont pas assez de poésie au coeur, ou qui ne sont pas restés proches de l'enfance, confondent ces esprits volants non identifiés avec des chouettes, des hiboux ou des écharpes dans la brume. Il s'agit bien d'anges.

    Il était une fois les Vosges. A l'est, la plaine du Rhin. A l'ouest, les douces inclinaisons forestières mènent à la Lorraine : un peuple de nymphes, de lutins et de trolls danse entre les sapins et les hêtres. Sous le Scheeberg, la cascade du Nideck dénoue sa blanche chevelure. On raconte que c'est une fée. Qu'elle est belle et maudite.

    Elle aimerait aimer quelqu'un, par exemple ce beau prince en habit bleu, noir et blanc qu'elle voit passer sur son cheval. Mais elle n'en a pas le droit. Si elle prenait un humain dans ses bras et lui donnait un baiser, un sortilège se déclencherait : le malheureux se métamorphoserait en animal, par exemple, en oiseau des bois, grand tétras, perdrix, hibou, pic-vert...

    Un jour, un prince s'assoit devant la cascade et reconnaît le doux visage de la fée Nideck. Il en tombe amoureux. Il veut l'étreindre. "Malheureux !" dit la fée. "Ne m'approche pas ! Ne me touche pas ! Ne baise pas mes lèvres : tu deviendrais oiseau"

    - "Jamais" dit le garçon. "Je serai ton serviteur. Peu importe que ce soit avec des plumes !".

    Ayant dit, il embrasse la fée et devient geai. Il garde, sur les épaules, les couleurs azur, noir et blanc de son habit de prince. On le voit encore, sur les rocs, entre les arbrisseaux de la cascade, venir tendrement bécoter celle qu'il chérit et à laquelle il a juré fidélité éternelle.

    Les nuages qui passent sur les ballons des Vosges, participent, eux aussi, à la légende et au fantasme. On raconte qu'un jour, un ange tomba du ciel. Un berger la recueille et en tombe amoureux. Le berger lui déclare sa flamme. Il est ravissant. L'ange n'est pas insensible à son charme. Mais les anges ne sont pas autorisés à éprouver d'autres désirs que celui de contempler Dieu.

    L'ange aime le berger mais ce dernier s'en lasse et délaisse l'ange pour quelqu'un d'autre. La créature céleste, bafouée, au désespoir, se jette du haut de la roche du Nideck. La trace immaculée de sa chute se transforme en cascade de pur argent. Qui trempe ses mains dans cette eau, ou s'en humecte les lèvres, ressentira bientôt le sentiment d'amour. 

     

    CASCADE

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Loetiga
    Samedi 22 Septembre 2012 à 17:00
    tu as le don pour mettre des histoires merveilleuses. Celle ci m'a fait rêver. Mon imaginaire a bouillonné. Merci pour tout, bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :