• La fiancée des morts

    En Armorique, l'Eau noire (le Dourdu) est un lieu mystérieux. La rivière coule dans une forêt de chênes, de pins et d'ifs centenaires. Sur sa berge, se dresse un manoir où habitent le seigneur du Dourdu et sa fille unique, Igilt, aux cheveux noirs et aux yeux verts comme la mer.

    Igilt est belle comme une nuit d'été, fière et ambitieuse.

    Son père lui cherche un mari modeste et bon époux. Igilt rêve d'un prince de Bretagne, d'Irlande ou d'Ecosse, d'un chevalier de la Table ronde, d'un paladin carapaçonné d'or. Elle fantasme sur une couronne de reine. 

    Lorsque, subjugué par sa beauté, un jeune homme qu'elle juge ordinaire tente de lui faire la cour, Igilt le conduit dans la forêt sur un sentier à la crête d'une falaise, au-dessus de la rivière. Elle montre l'abîme au prétendant et lui dit : "Si tu veux ma main, saute !". Le garçon plonge. Les tourbillons le prennent. Nul ne remonte jamais. 

    Igilt acquiert la sinistre réputation d'être la "fiancée des morts". Elle s'en moque. Elle est égoïste et insensible. Elle attend son chevalier.

    Un jour, sur la mer, s'avance un vaisseau dont le pavillon est noir. A la proue, se tient un chevalier en habit cousu d'or. Le vaisseau jette l'ancre, une barque remonte la rivière jusqu'au pied du château. Le voyageur n'est autre que le prince Ivor d'Irlande. Beau et puissant. A peine a-t-il aperçu Igilt qu'il en tombe amoureux. La réciproque est vraie. Cette fois, la jeune fille ne ferait pas grimper son prétendant sur la falaise. Elle ne lui demanderait pas de plonger. Elle l'épouserait.

    Or, une femme d'âge mûr, au visage ruiné par le chagrin, assiste au débarquement du navigateur. C'est la mère d'un des garçons qui se sont noyés par amour. Elle veut venger son fils. Elle réussit à parler en aparté au prince Ivor. Elle lui raconte qu'elle est sorcière ; et que, sous la falaise, là-bas, au fond de l'Eau noire, on trouve l'herbe de l'immortalité. Quiconque la cueille et en mange ne craint plus rien. Il suffit d'aller jusqu'à la crête et de sauter.

    Le prince croit la femme. Davantage encore, il obéit à ce désir obsessionnel de prolonger la vie. Ivor escalade la roche et se jette dans le vide. Il est englouti par les remous et disparaît dans les ténèbres de l'eau, sous les yeux horrifiés de la belle Igilt.

    La jeune fille mérite plus que jamais son surnom de "fiancée des morts". 

    Elle grimpe à son tour sur la falaise et saute. 

    141_4193


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Loetiga
    Dimanche 2 Septembre 2012 à 20:37
    une légende bien tragique comme je les aime. En même temps elle a eu ce qu'elle mérite. Qui sème le vent récolte la tempête! Merci pour ce joli partage
    2
    Lundi 3 Septembre 2012 à 15:32
    Une belle légende pleine de sagesse :-) je ne la connaissais pas merci pour cette découverte  ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :