• La Hottée du Diable est un fantastique chaos géologique, une confusion de rochers de grès, comme jetés sur du sable au milieu des bois et des bruyères.

    La tradition veut que ces pierres aient été apportées par le Diable dans sa hotte.

    L'abbé du Val-Chrétien aurait en effet voulu, il y a de cela bien longtemps, construire un couvent, mais il manquait de pierres. Aussi décida-t-il de faire un pacte avec le Diable afin que celui-ci lui en apporte. Lorsqu'il revint avec sa hottée de pierres, l'abbé l'aspergea d'eau bénite. 

    Affolé, le Diable prit la fuite, abandonnant là son chargement et oubliant l'âme qu'il devait prendre !

     

    visite-de-la-hottee-du-diable-coincy-aisne

    votre commentaire
  • Il y avait non loin de la forêt de Vierzon, la résidence du Diable. Il vivait là sur un grand et riche domaine. Sorte de géant velu à la triste réputation, il était d'une avarice crasse et exploitait sans vergogne les malheureux métayers qui avaient la mauvaise idée de travailler pour lui. 

    Un jour, poussé par la faim, un paysan se croyant plus malin que les autres, proposa à Lucifer ses services. Ce dernier, trop content de l'aubaine, signa avec le téméraire fermier un bail dont les clauses étaient redoutables. Ce contrat stipulait que le métayer aurait la partie de récolte enfouie sous terre, et le maître ce qui dépasserait du sol. 

    A l'époque on cultivait presque essentiellement du blé. Avec de tels termes de contrat, il n'avait pas lieu de s'étonner outre mesure du peu de fidélité des métayers.

    Le paysan était rusé et Satan trouva son maître. Notre métayer ne sema pas de blé mais des pommes de terre, qui étaient, à l'époque, totalement inconnues dans la région.

    Le Diable se frottait les mains en voyant les tiges, feuilles et fleurs pousser d'abondance. Mais son contentement ne dura guère en effet au moment de la récolte il s'aperçut que la partie comestible était sous terre. Il ne s'avoua pas pour autant vaincu. 

    L'année suivante, il modifia le bail, pour la prochaine récolte, il se réservait les racines. Le paysan sema donc du blé... Le Diable ruiné, crevant de faim, abandonna terres et domaine et jamais plus on ne le revit dans la région.

    369229_YY21HEESF4PI718CTADLHCHMGC1PCM_56271-774039863-diable-h002045-l_H205700_L


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique