• On distingue au niveau de l'exorcisme des maisons, les cas relevant des phénomènes de la possession, de l'envoûtement et de l'obsession.

    D'après Monseigneur Franck-William SCHAFFNER, exorciste, les cas de maisons hantées relèvent des évènements liés à l'obsession sur le plan religieux.

    De nombreux films tels que "Malédiction", "Damien" ou encore "Amityville" ont fait parler d'eux car les effets spéciaux sont impressionnants, choisis volontairement par les producteurs pour rendre leur films attractifs. Ces films ont, bien évidemment, interpellé le public.

    En fait, la réalité est à la fois plus vraie que ce films ne l'ont exposée, mais moins théâtrale, car, par définition, ces manifestations occultes ou étranges n'ont pour effet de semer la peur ; mais c'est en investigant ou en essayant de les arrêter que des difficultés arrivent, accompagnés de phénomènes destabilisants.

    Dans le cas des maisons hantées, il faut observer des phénomènes qui se produisent dans un lieu, en cherchant à savoir s'il y a des causes géologiques, physiques ou psychologiques.

    Une fois l'origine des phénomènes connue, on peut procéder à un exorcisme (fait par un prêtre acermenté pour cela par l'Eglise).

    Il est parfois observé, comme cause de hantise, des réminiscences de souvenirs imprégnés dans la maison (les murs, les objets). C'est de la manifestation qualifiée d'occulte obsessionnelle.

    Une maison hantée subit une hantise, c'est-à-dire la présence d'un défunt mal désincarné qui peut occasionner des manifestations paranormales. C'est la première phase.

    Dans la deuxième phase de hantise, une maison peut être maléfique ; c'est-à-dire maudite avec prononciation adéquate de formules ancestrales de malédiction et donc être désignée à des entités du bas astrale ; c'est-à-dire des démons.

    Egalement, une maison peut avoir été le témoin de scènes choquantes, violentes comme un meurtre ou une tragédie ; à un point tel que ce souvenir reste imprégné dans les meubles, les objets, les murs de la maison. Ainsi, à des dates anniversaires de l'évènement passé, il peut se produire des phénomènes étranges.

    Si vous avez été témoins de phénomènes étranges, n'hésitez pas à nous en faire part.

    MAISON HANTE

     


    votre commentaire
  • En mars 1857, dans un petit village de montagne très isolé, une petite fille de 10 ans entre en léthargie après le sauvetage d'une autre enfant qui se noyait.

    Puis, la fillette reste en léthargie plusieurs jours après.

    Ensuite, les mêmes symptômes apparaissent chez une amie de la fillette. 

    En peu de temps, 27 fillettes sont atteintes : toutes ont les mêmes symptômes (léthargie, convulsions, blasphèmes, délation qui visent des sorciers, boucs émissaires).

    Les habitants crient alors à la possession ! Des exorcistes viennent voir sur place, pratiquant des exorcismes.

    Un médecin du service départemental des aliénés reprend l'affaire en main en 1861 : il compte alors 120 cas (sur 2000 habitants) depuis l'origine de l'affaire ! 

    Un an après, la dispersion des habitants aidant, l'épidémie mystérieuse cesse.

    images (2)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique