• Les génies des bois aiment la lumière mais pas la pleine clarté. Ils préfèrent les lueurs, les reflets, les moirures des étangs, les crépitements du feu, les rais qui passent à travers les branches et où dansent des poussières de hasard.

    Les esprits forestiers se plaisent dans les sylves anciennes et sauvages, où la féérie s'écrit en brumes et en souches pourrissantes, en lichens bizarres, en champignons hallucinogènes, en feuilles mortes que les décompositions réduisent en dentelle ; avec des larves, des araignées, des chauves-souris, des hiboux qui hululent, des loups qui hurlent...

    On raconte, dans le Vexin, en Picardie et dans le nord de la France, qu'un jour un mendiant arriva dans un village. Il se nommait Gobiet, Goblet ou Gobieux (nom proche de Gobelin que l'on applique à des gnomes vifs et colériques, rancuniers et cruels).

    Le pauvre Gobiet demanda asile. Les habitants le lui refusèrent. Le loqueteux lèva son bâton et prononca une malédiction : sur la place de l'église, la fontaine communale cessa de couler. La source en est tarie. Gobiet trouva refuge à une lieue des maisons, dans une clairière de la forêt. Il brandit à nouveau son bâton : la fontaine perdue rejaillit à ses pieds, tandis qu'un tilleul poussa et enserra le bassin dans ses racines.

    Depuis ce temps, l'arbre est devenu gigantesque. On le tient pour sacré. Les villageois punis, doivent marcher pendant une lieue pour remplir leur seaux. La fontaine de la commune ne coulera à nouveau que lorsqu'un gobelin aura reçu le baiser d'amour d'une jeune fille pure.

    tilleul-arbre


    votre commentaire
  • Au coeur de l'hiver, les collines de Provence se couvrent de genêts en fleurs. 

    Il était une fois, entre Aix-en-Provence et Nice, le château du puissant conte Frédéri. Le 25 décembre, à minuit, la comtesse met au monde une fille dont les cheveux sont d'un blond lumineux, tel le jaillissement des rayons d'un astre. On appelle l'enfant Noëlle. 

    La même nuit, la citadelle est attaquée par l'armée des Maures, qui ouvre une brèche dans les remparts, défait les gardes, conquiert la place, pille les habitations et investit le donjon. Frédéri est prisonnier des envahisseurs. 

    Le prince envahisseur veut tuer Frédéri mais, au dernier moment, il voit la petite fille dans son berceau. Il change soudainement d'avis et fait promettre à Frédéri de l'épargner s'il promet, dans 20 ans, de marier sa fille qui vient de naître avec son propre fils qui vient également de naître la même nuit que Noëlle.

    Le père, Frédéri, finit par accepter. L'envahisseur repart et on n'entend plus parler de lui durant plusieurs années.

    20 ans après, le prince revient avec son fils pour le marier à Noëlle. Cette dernière, surprise, demande des explications à son père, qui lui explique sa promesse faite des années plus tôt. 

    En parallèle, un autre jeune homme demande la main de Noëlle et Frédéri accepte. 

    Ayant deux prétendants et ne voulant pas trahir la promesse de son père, Noëlle monte dans une tour et se coupe les cheveux, les lance dans le vent. Elle entrera au couvent de manière à ne pas trahir son père et à dédommager les deux prétendants. 

    Les cheveux de la belle, d'un blond éclatant, s'envolent dans le mistral et se répandent sur la montagne, sur la forêt et ses clairières. La Provence entière s'illumine de fleurs de genêts, désormais d'un blond éclatant. Ces corolles s'ouvrent même en hiver, même la nuit de Noël, à l'heure où l'on entend chanter les anges.

    animal-animals-cat-cats-funny-Favim.com-401279_large


    votre commentaire
  • Dans le bois aux énigmes, la mare au diable n'est jamais loin. Le ciel des anges s'unit à l'enfer des démons sarcastiques. On ignore ce que cache le flou des brumes tordues comme des serpents. Nul ne sait ce que présage, dans la clairière, l'étrange teinte mauve de l'aurore ou l'inquiétant grenat du crépuscule. Ni ce qu'annoncent les reflets de l'enfer qui zigzagent à la surface des ruisseaux et des étangs.

    Les gens du Nord se souviennent de l'histoire du frêne Yggdrasil, aux dimensions du cosmos. C'est l'arbre des origines. Ses feuilles restent vertes. Il plonge ses racines dans les profondeurs de l'empire des morts, le Nifhel, et élève ses ramures jusqu'au ciel de lumière, où se trouve le Valhalla. 

    Les démons malveillants n'ont de cesse de détruire l'arbre cosmologique. En le tuant, ils anéantiraient la création. Un monstre sournois, le serpend Nidhogg, se love sous la troisième racine de l'arbre et la ronge pour en tarir la source de vie. Quatre cerfs de l'enfer broutent au fur et à mesure les jeunes pousses du végétal. 

    L'arbre géant résiste. 

    chene_bodmer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique