• Vers 1910, on vendait encore dans le Bourbonnais des grimoires ou "livres de sorcelage".

    Ils avaient un format sextodecimo caractéristique, avec des reliures de papier de couleur et des illustrations. Les gens des campagnes demandaient aux colporteurs, parmi tous leurs ouvrages de sorcellerie, "ceux qui étaient les plus forts".

    Il s'agissait souvent de corruptions populaires des livres de science médiévale, notamment ceux d'Albertus Magnus (Albert le Grand). 

    Les exemplaires étaient rares et les sorciers étaient fiers d'en posséder un.

    On ne pouvait paraît-il pas mourir avant de l'avoir transmis à quelqu'un d'autre. 

    Vers 1850, on craignait aussi les meneurs de loups, loups-garous qui perdaient leur forme humaine à minuit, conduisaient dans la campagne des meutes de loups et les faisaient danser autour du feu.

    Le tarot et ses vertus divinatoires :

    Le tarot a longtemps été paré de toutes les vertues dans le Bourbonnais. On disait qu'il pouvait prédire l'avenir et que celui qui savait bien le manier pouvait devenir savant. En 1900, encore, un folklore local observait : "Dans beaucoup de paroisses, les gens ont la ferme assurance que leur curé porte un grand jeu de tarot dans sa longue manche et qu'il sait tirer les cartes, et c'est pour cette raison que beaucoup de campagnards lui attribuent tant de science et tant de savoir".

     

    170751_GQ5PJWMJS7SA1C7XKBMRZIUYZVOOJP_bookofshadows1_H182236_L

    votre commentaire
  • La magie se définit comme la science, la religion des mages.

    Le mage est "celui qui est dans les sciences occultes, la magie".

    La sorcellerie s'inscrit dans la même tengente, puisqu'on parle alors de "manifestations, évènements extraordinaires d'origine mystérieuse, qui semblent relever de pratiques magiques, de forces surnaturelles". On dit aussi : "capacité de guérir ou de nuire, propre à un individu au sein d'une société, d'un groupe donné, par des procédés et des rituels magiques".

    Mais au mot "sorcières", on les définie comme des "personnes que l'on croit en liaison avec le diable et qui peuvent opérer des maléfices".

    Pourtant, les définitions de "magie" et de "sorcellerie" sont les mêmes à peu de choses près, mais le mage et la sorcière sont vus fort différemment. Les mages, dont Merlin est probablement le plus connu, ont été admirés ; les sorcières, elles, ont été brûlées sur des bûchers.

    Peu de personnes ont échappé à la superstition, qui n'est ni plus ni moins que l'idée que des forces obscures et invisibles peuvent s'immiscer dans le cours des évènements.

    Par exemple, on dit que briser un miroir, c'est attirer 7 ans de malheur. Cette superstition viendrait du passé selon laquelle la réflexion de l'image d'un homme dans l'eau révélait son âme et que des rides à la surface de celle-ci pourraient l'anéantir. Il y a aussi le fer à cheval, dont la forme rappelle vaguement celle d'un croissant ; celui-ci tiendrait la force occulte qu'on lui attribue du culte que les habitants de l'Egypte de l' Antiquité vouaient à la lune. Le lièvre dans l'Angleterre païenne, était aussi l'objet d'un culte qui fut banni par la suite. Toutefois, cela n'empêchera pas les gens de croire que la patte de lapin porte bonheur !

    Mais les superstitions, si elles ont été fondées à leur origine, ont été dépassées par le temps ainsi que par l'avènement des techniques et des technologies modernes.

    Mais revenons à la magie. Qu'est-ce que c'est ?

    La magie est "la Science, religion des mages. C'est un ensemble de pratiques fondées sur la croyance en des forces surnaturelles immanentes à la nature et visant à maîtriser, à se concilier ces forces". "La magie noire est mise en oeuvre pour le mal tandis que la magie blanche est mise en oeuvre pour le bien ".

    La magie et la pratique de la "vieille religion" sont simples. Elles proviennent du peuple, des gens ordinaires, d'une époque où les rituels magiques faisaient partie intégrante du quotidien. Ceux qui pratiquaient ces rituels, comme de nos jours, utilisent et canalisent des énergies naturelles que notre science et notre technologie actuelles n'ont pas encore reconnues et ne peuvent quantifier.

    Néanmoins, ces énergies sont bien réelles et présentent dans l'air, la terre, le feu, l'eau, les plantes, les pierres. Les mages, les sorcières et les adeptes de la magie sont simplement des personnes qui croient qu'ils peuvent les libérer et les diriger de façon à créer un changement positif dans une situation spécifique.

    MAGIE BLANCHE


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique